Depuis quelques mois le quartier Chazal s’est enrichi d’un nouveau repaire pour les gourmets désireux de sortir des chemins habituels. Rien à voir avec les produits standards. Inventivité et authenticité des produits sont au programme.

 

Les amateurs ne s’y sont pas trompés. Il n’a pas fallu longtemps avant que la nouvelle de l’ouverture de ce bar à burger pas comme les autres ne se répande comme une traînée de poudre. Depuis lors, il n’est pas rare de voir la fête aux apéros se prolonger sur le trottoir.

La recette du succès ? Tout d’abord la complicité de deux amis de longue date, Julie et Julien, qui se connaissent depuis le temps de leurs études en communication et marketing. On s’est lancés, explique Julie, avec enthousiasme. Notre envie, c’était de ramener le produit sur le podium. De passer du fast-food au burger gastronomique.

L’idée est ainsi venue de proposer une cuisine gourmande dans une atmosphère décontractée, qui convient aussi bien aux couples qu’aux familles. Comme à la maison, précise la patronne, dans un sourire.

Côté bar, le royaume de Julien, on trouve une trentaine de bières issues des meilleures brasseries belges, de la Faro Boon à la Corne du bois des pendus, ou encore des vins sélectionnés, principalement français et italiens. Mais aussi des cocktails incontournables, tel le fameux Cosmopolitan. Le patron n’en est pas à son coup d’essai. Passionné de mixologie, il a une expérience certaine en la matière : Les cocktails, c’est tout art. Le mieux, explique-t-il, c’est encore d’en respecter les règles, assure le patron. Pour les amateurs de Gin ou de whisky, nous proposons régulièrement une gamme d’alcools différents avec pour chacun une recette originale.

 

A LA CARTE, ROSSINI ET SATURNIN

La particularité de la maison, à côté des classiques revisités, c’est d’oser, à la saison, le burger gibier ou le « fusion » qui consiste à associer différents types de hachés de bœuf : le Simmenthal, l’Angus, et même, pour 20%, du bœuf maturé. En option, il y a la tranche de foie gras, en guise de burger Rossini. Sans compter l’un des burgers phares de la carte, le Saturnin, pensé au départ, on s’en doute, de filets de Colvert.

Envie de végé ? C’est prévu : selon les envies, tous les burgers peuvent être composés autour d’un steak de légumes.

La majeure partie de nos produits provient de producteurs, éleveurs ou agriculteurs belges. De la région de Pérulwez notamment, comme le proclame fièrement l’inscription figurant au grand tableau noir qui tapisse tout un mur de la salle et qui fourmille de recommandations. Nous travaillons, la plupart du temps avec des producteurs que nous connaissons, insiste Julie. Ils mettent un point d’honneur à livrer des produits de qualité supérieure. Cela n’a l’air de rien, mais, pour le pain, nous avons recherché quelque chose de précis : un pain brioché, léger, qui apporte réellement une satisfaction gustative supplémentaire.

 

 

Qui est marraine ?

Au cours des années, des rencontres nous ont marqué. Principalement des femmes. Surprenantes, merveilleuses, souvent au parcours insolite. Le nom « Chez marraine » compile toutes ces rencontre. C’est un hommage à elles.

Où ? Avenue Chazal, 200 – 1030 Schaerbeek

Quand ? Du lundi au dimanche, de 10 h à 22 h 30

Combien ? de 15 à 25 €

www.chezmarraineburger.be

 

Julie Delacourt : Notre parti-pris : mettre la qualité du produit sur le podium. Nous nous sommes constitué pour cela un petit réseau de producteurs.

Une atmosphère à la fois cosy, moderne et dynamique. Le restaurant peut accueillir 40 convives et dispose d’une agréable terrasse de 25 couverts.

 

Télécharger le magazine