Pedro Ruxa est Portugais. La fascination du langage illumine sa deuxième exposition personnelle : «With silence we speak ». A découvrir sans tarder.

Formé à l’atelier peinture de l’école de La Cambre, le jeune artiste nous avait habitués à un style lumineux, presque transparent. Les œuvres exposées au V2Vingt traduisent une approche radicalement différente. Plus affirmée, résolument cérébrale, où le rapport aux mots occupe une place centrale. Pour moi, explique Pedro Ruxa, les images, les textes, les sons sont des interprétations. C’est le cerveau qui donne du sens aux choses. C’est pour cela que je mets en parallèle les mots et les images. L’essentiel, ce sont les traces cérébrales.

La lettre « A » peut donc s’afficher seule, vibrante, se détachant du fond noir et silencieux, tandis que les sons deviennent à leur tour objets de représentation, éclairs lumineux tels qu’ils apparaissent dans le superbe tableau intitulé « With silence we speak ».

Si le texte est traité comme n’importe quel objet, il arrive aussi que les mots-objets disparaissent. On apprécie particulièrement, à cet égard, l’œuvre exposée, telle une enluminure, à même le sol, sur un socle incliné, intitulée « Language is leaving me », où la dissolution des mots s’achève en taches lumineuses et colorées. Dans cette œuvre-là, particulièrement, j’avais envie d’exprimer un parallèle entre le langage visuel et le langage écrit, comme si les taches de peinture avaient la même valeur qu’un mot, la même valeur que les lettres.

Si l’inscription scripturale de Ruxa s’inscrit bien évidemment dans une longue tradition plastique de l’intégration du mot, du verbe dans l’œuvre, l’usage qu’il en fait est éminemment singulier, relève le curateur de l’exposition Emmanuel Lambion. Des dialogues multiples – d’un langage à l’autre, d’un être à l’autre, d’une couleur ou d’une temporalité à l’autre – se tissent et se croisent.

Des dialogues qui ont d’ailleurs inspiré le titre de l’exposition.

J.G

Lieu : V2Vingt – 20, rue Vanderlinden – 1030 Bruxelles

Les samedis 23 février et 2 mars.

Sur rendez-vous les autres jours, jusqu’au 9 mars.

Finissage le dimanche 10 mars, de 16 à 20 h.